NY Immigration Coalition Denounces Trump’s Second Attempt at Backdoor Muslim Ban | NY Immigration Coalition dénonce la seconde tentative d’interdiction d’entrée des musulmans aux Etats-Unis de Trump

muslim ban

On Monday, Donald Trump signed a “Muslim Ban 2.0” executive order targeting travelers and immigrants from six Muslim-majority countries, including Iran, Libya, Somalia, Sudan, Syria, and Yemen (Iraq was removed from the original list). The new order, meant to avoid the legal challenges against the original executive order, excludes green-card holders and no longer permanently bars Syrian refugees.

Today’s revised order bars family members, students, travelers, workers and others from the six designated countries from obtaining any visas for at least the next 90 days. In addition, all refugee resettlement will be halted for 120 days. This updated Muslim and refugee ban will be phased in over the next two weeks, fully going into effect on March 16. President Trump has put forth this order in spite of a leaked Department of Homeland Security report that the order will not help prevent any domestic terrorism events.

Lundi, Donald Trump a signé un décret “d’interdiction d’entrée des musulmans 2.0” ciblant les voyageurs et les immigrés provenant de six pays à majorité musulmane, y compris l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen (l’Iraq a été retiré de la liste originale). Le nouveau décret, destiné à éviter les contestations judiciaires à l’encontre de l’ordre exécutif, exclut les détenteurs de carte verte et ne bannit plus de façon permanente les réfugiés syriens.

Le décret révisé empêche les membres de la famille, les étudiants, les voyageurs, les travailleurs et autres individus venant des six pays désignés d’obtenir un visas pour au moins 90 jours. En outre, la relocalisation de réfugiés est suspendue pendant 120 jours. Cette mise à jour de l’interdiction d’entrée des musulmans aux Etats-Unis se fera progressivement au cours des deux prochaines semaines, et va pleinement entrer en vigueur le 16 mars. Le président Trump a signé ce décret malgré un rapport du Département de la Sécurité Intérieure disant que le décret n’aidera en aucun cas à éviter les événements terroristes domestiques.