FAO and Africa Rice Centre partner with Nigeria on rice paddy production technology | La FAO et le Centre du Riz pour l’Afrique en partenariat avec le Nigeria sur une technologie de production de riz

cover FAO and Africa Rice Centre partner with Nigeria on rice paddy production technology

[column width=”47%” padding=”6%”]

As part of efforts to boost rice production in the country, the United Nations Food and Agriculture Organization (FAO) and the Côte d’Ivoire-based Africa Rice Centre (AfricaRice) have commenced the training of 300 farmers across Nigeria in paddy production technology.

The exercise involves strengthening the capacities of community-based rice farmers and rice seed producers for production of quality rice seed of improved variety. The trainees include youths and women.

Six states – Ekiti, Edo, Anambra, Abia, Nassarawa and Jigawa – have been selected for the project. Fifty (50) participants will benefit from the training in each state, along with the establishment of demonstration plots and backstopping mission.

Macki reiterated that “The goal is to ensure that Nigeria attains self-sufficiency in rice production through access and availability of good quality seed of released rice varieties.”

Speaking at one of the training sessions in Anamabra, a representative of Africa Rice, Oyetunji Olumoye, observed that many seed producers lack basic knowledge on production of quality rice seeds.

“Food insecurity is a big challenge in Nigeria. Seed mixtures and lack of good quality rice seeds is a common phenomenon and major constraint to rice production in Nigeria. Farmers do not have enough quantity of rice seed for production. The little they have contain impurity and mixtures,” he explained.

“The overall objective of the training program is to enhance farmers’ access to quality rice seed and also make quality paddy available to millers and processors in the selected states. The trainees will continue to be monitored throughout the period of planting to crop maturity,” says Andrew Ikhadeunu, the National Coordinator of the project.

Photo credit: Golden rice

[/column] [column width=”47%” padding=”0″]

Dans le cadre des efforts visant à stimuler la production de riz dans le pays, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Centre du Riz pour l’Afrique basé en Côte d’Ivoire, ont commencé la formation de 300 agriculteurs du Nigeria dans la production de riz.

L’exercice implique le renforcement des capacités des producteurs de riz et les producteurs de semences de riz pour la production de semences de riz de meilleure qualité. Les stagiaires comprennent des jeunes et des femmes.

Six membres – Ekiti, Edo, Anambra, Abia, Nassarawa et Jigawa – ont été sélectionnés pour le projet. Cinquante (50) participants bénéficieront de la formation dans chaque état, ainsi que la création de parcelles de démonstration et l’appui de la mission.

Macki a réaffirmé que “l’objectif est d’assurer que le Nigeria atteint l’autosuffisance dans la production de riz grâce à l’accès et la disponibilité de semences de bonne qualité des variétés de riz disponibles.”

Prenant la parole à l’une des sessions de formation à Anamabra, un représentant Centre du Riz pour l’Afrique, Oyetunji Olumoye, a constaté que de nombreux producteurs de semences manquent de connaissances de base sur la production de semences de riz de qualité.

“L’insécurité alimentaire est un grand défi au Nigéria. Les mélanges de semences et le manque de semences de riz de bonne qualité est un phénomène courant et une contrainte majeure à la production de riz au Nigeria. Les agriculteurs n’ont pas assez de quantité de semences de riz pour la production. Le peu qu’ils ont contiennent des impuretés et des mélanges,” a-t-il expliqué.

“L’objectif global du programme de formation est d’améliorer l’accès des agriculteurs aux semences de riz de qualité et aussi de faire que des rizieres de qualité soient disponibles pour les meuniers et les transformateurs dans les états sélectionnés. Les stagiaires continueront d’être suivs tout au long de la période de la plantation à la maturité,” explique Andrew Ikhadeunu, le coordonnateur national du projet.

[/column][end_columns]

Source PANA